Archive for the ‘Private Cloud’ Category

Portails de contrôle pour les cloud privés Microsoft, aujourd’hui et demain :-)

mai 18, 2011

Un des objectifs du cloud privé, c’est de permettre aux responsables d’applications de bénéficier d’une infrastructure flexible, résiliente et élastique pour garantir des temps de réponse sous un certain seuil, quelle que soit la charge.

Pour y parvenir, il est essentiel de lui proposer une interface simple pour lui permettre de configurer l’application, à base d’une console centralisée, ou d’un portail web. En tant qu’administrateur d’éléments logiques, il n’a pas à se plonger dans les consoles de System Center Operation Manager, Virtual Machine Manager, Opalis, et autres, pour réaliser le déploiement.

Par contre, pour modéliser l’application, il a besoin de connaître différents éléments de topologie du cloud.

Les solutions “produit” en production aujourd’hui s’appuient sur les deux versions du Self-Service Portal (SSP) pour System Center Virtual Machine Manager 2008 R2. Ikoula, par exemple, permet aux utilisateurs de ses solutions Express Hosting de réaliser les opérations de maintenance sur les VMs à partir de la version 1, visible à https://flex.ikoula.com .

Les entreprises, dans un mode “mono-tenant”, où l’ensemble des ressources du cloud lui sont exclusivement réservées, préféreront utiliser la version 2.0, qui apporte tout un ensemble d’outils de configuration supplémentaires – mais pas la création de templates ou l’import (prévu pour le 2.0 SP1). L’administrateur du cloud peut ainsi incorporer une business unit, des services, allouer des ressources informatiques aux business units, et allouer un crédit d’unités de valeur à l’administrateur de business unit, ce dernier pouvant également être le responsible de l’application vu plus haut.

Pour le multi-tenant, ou mutualisé, où l’on va faire cohabiter plusieurs entreprises sur une même IaaS, il n’existe pas encore de produit packagé chez Microsoft. Par contre, Microsoft Consulting Services (MCS) a réalisé une solution complète de management, baptisée Datacenter [Core] Services (DCS) comportant notamment un portail web prêt à l’emploi, basé sur un kit de développement spécialisé, le Dynamic Datacenter Toolkit for Hosters, ou DDTK-H. J’ai eu la chance de réaliser de nombreuses présentations de ce kit depuis sa pré-version en 2006, il est aujourd’hui, dans sa version 3.0, l’un des piliers majeurs de Microsoft dans l’évolution de ses portails vers les versions 2012 de System Center, et comporte une branche publique, accessible librement sur l’archive MSDN: http://code.msdn.microsoft.com ; et comme il s’agit d’un kit, il nécessite de monter un poste de travail dédié à sa recompilation, avec notamment Visual Studio 2010 Ultimate Edition, et un certain nombre de pré-requis pour réutiliser les espaces de nommage des produits System Center. Et d’avoir les compétences requises en .Net Framework (WCF) et en SilverLight 4.0, l’interface pouvant aussi être limitée à ASP.Net 2.0 pour atteindre davantage de navigateurs web.

Demain, ces éléments programmables seront livrés avec System Center 2012. Quand je dis “demain”, c’est bien sûr lors de la mise à disposition de la version finale des produits composant la suite System Center 2012, et ils devraient tous être sur le marché d’ici la fin 2011. L’expérience “out of the box” de déploiement des produits devrait être grandement simplifiée, et la prise en main largement accélérée par rapport aux versions actuelles “R2” de Operations Manager et Virtual Machine Manager notamment.

Dans la figure suivante, les couleurs choisies pour les différents éléments ne sont pas prises au hasard: la solution DCS, qui est un développement standard de MCS et complète la gamme de produits System Center (en jaune pour les versions actuelles, en bleu pour 2012), apparaît en vert sur les deux colonnes. Une partie de ce développement, augmenté du kit DDTK-H dans une nouvelle version, donnera naissance à un nouveau portail de configuration applicative, dont le nom de code est Concero. DCS évoluera également pour s’appuyer sur les versions 2012 de la suite System Center, et apporter davantage de services d’intégration (billing? chargeback? etc). Mais ce sera une nouvelle offre, disponible courant 2012.

J’ai pu voir différentes démonstrations de Concero lors du Microsoft Management Summit, puis du Worldwide Hosting Summit qui se sont déroulés récemment aux Etats-Unis, et le public a apprécié le “changement de vitesse” que Microsoft va apporter aux responsables d’applications, en leur dédiant un portail particulièrement adapté. Concero permettra, en plus, d’administrer des applications multi-cloud, avec notamment une partie “on premise” (cloud privé, avec les implémentations spécifiques à l’entreprise) et une autre dans Windows Azure, où l’on préférera placer les front-ends stateless à capacité variable.

En parallèle, Microsoft travaille sur des outils de migration des versions actuelles vers les versions 2012 de System Center, pour permettre aux administrateurs de bénéficier au plus vite des innovations respectives des 10+ produits de la nouvelle gamme !

Figure 04

Figure 1 : les différents portails de Microsoft pour l’administration du Private Cloud
(non représenté: le kit de développement Dynamic Datacenter Toolkit for Hosters, utilisé dans DCS)

Publicités

Cloud Privé – Caractéristiques Générales

mai 17, 2011

Le cloud privé s’appuie sur une infrastructure informatique physique, appelée Datacenter Dynamique, qui permet de définir plusieurs niveaux de services et de les présenter aux bénéficiaires, sans qu’ils aient la connaissance des ressources sous-jacentes de réseau, stockage et serveurs.

Ce Datacenter Dynamique permet de créer des conteneurs logiques, qui vont être chargés au fur et à mesure des besoins par des ordinateurs virtuels, serveurs, postes de travail ou appliances, issus de modèles définis au préalable par l’administrateur en fonction des exigences clients, ou achetés sur étagère pour des besoins spécialisés.

Deux modèles de clouds privés se dégagent:

– le cloud privé interne: l’environnement est déployé dans le centre de données de l’entreprise, pour son usage interne exclusivement.

– le cloud privé externe: connecté à l’entreprise via un réseau sécurisé, l’environnement est déployé à l’extérieur de l’entreprise, dans le centre de données du prestataire de service, ou hébergeur; l’hébergeur peut dédier des ressources informatiques et humaines à cette entreprise exclusivement, ou mutualiser ces ressources pour plusieurs entreprises, avec un niveau d’isolation suffisant aux yeux de chacune d’entre elles.

Figure 02         Figure 03

Le cloud privé comme nouveau modèle de relation client/fournisseur, à l’échelle du service IT de l’entreprise.

Construire son Private Cloud avec un outil unique: System Center VMM 2012 !

mai 5, 2011

Un private cloud, dans une entreprise ou chez un hébergeur, çà a besoin de s’appuyer sur une IaaS flexible et rapide à déployer.
Dans certains cas, on associe même le private cloud à l’IaaS.
Jusqu’à présent, pour assembler les hosts de VMs, mettre en place les clusters, utiliser les ressources de stockage, paramétrer les VLAN,
gérer les pools d’IP et les pools de MACs, il fallait autant d’outils et de consoles différents.
Maintenant, il y a Microsoft System Center Virtual Machine Manager, édition 2012, aka VMM 2012. Certes encore en beta, mais ll RTMera en 2011, for sure.

Et… dans VMM 2012, il y a des éléments de construction, des surfaces de design, qui vont bien au-delà de l’IaaS, et qui me font penser à un
outil visuel de création de services applicatifs. Des services élastiques. Paramétrés. Déployable par des non administrateurs, genre revendeurs,
ou administrateurs délégués, dans une entreprise.

Donc VMM 2012 servira aussi à construire sa plate-forme SaaS pour concrétiser des private clouds de plus haut niveau que de l’IaaS.
Un exemple est décrit en détail ici:
 http://technet.microsoft.com/en-us/library/gg675105.aspx

C’est-y-pas cool ? Tiens, la beta de VMM 2012 est déjà disponible ici:  http://www.microsoft.com/systemcenter/en/us/virtual-machine-manager/vm-vnext-beta.aspx
Et son compagnon Operations Manager 2012 suivra bientôt,
ainsi que le portail web de configuration des services, code-name "concero". Toujours pas trouvé de nom…

Enfin, tout sur VMM 2012, c’est là: http://technet.microsoft.com/en-us/library/gg610610.aspx !